REseau Nord Alpin des Urgences
Programmes d'étudesRESURCOR-IDMRESURCOR-ACAVCTRENAUGériatrieBabyRENAU
Accueil
Editorial
08/08/2017 - Rapport registre RESURCOR

Chers amis,

Le registre « historique » du RESURCOR (STEMI < 12h) existe depuis 2002. Il nous permet de mieux connaître cette filière de prise en charge.

Nous fêterons en 2017 les 10 000 patients inclus.

Grâce à vous, à Cristine Rubio et à Magali Fourny, l’exhaustivité reste bonne si on en croit la stabilité du nombre de patients inclus annuellement (705 patients en 2016).

En 2016, 89 % des patients sont revascularisés en phase aigüe. Thrombolyse : 13 % et angioplastie primaire : 76 %. Le taux élevé de thrombolyse dans notre région tient à notre géographie montagneuse mais pourrait être plus élevé si on en croit des délais de reperfusion parfois élevés en angioplastie primaire.

47 % des patients sont initialement pris en charge par un centre sans cardiologie interventionnelle.

Après une thrombolyse, 60 % des patients sont immédiatement coronarographiés, ce qui justifie que 99 % des patients soient orientés d’emblée en urgence vers un centre de cardiologie interventionnelle.

Les délais médians de reperfusion restent stables : 24 mn pour la thrombolyse (15 mn pour les patients pris en charge par le SMUR) et 80 mn pour l’angioplastie primaire.

Deux tendances sont à signaler : l’augmentation du nombre des patients pris en charge par hélicoptère (16 %) et l’augmentation importante des patients pris en charge par un Médecin Correspondant SAMU (MCS) : 45 patients en 2016 contre 21 et 19 en 2014 et 2015 respectivement.

La mortalité hospitalière est stable depuis 2009 et varie entre 2 et 5 % (FV initiale et choc cardiogénique exclus).

Le taux de réinfarctus hospitalier semble diminuer alors que le taux de saignement grave aurait tendance à augmenter. Nous n’observons plus d’hémorragie intracérébrale depuis 2014.

Cette base de données est la vôtre. De nombreuses publications ont déjà été effectuées à partir de celle-ci. D’autres sont en préparation (Sandrine Clot et Thomas Rocher sur le DIDO) mais de nombreuses autres publications sont encore possibles. Nous sommes à votre disposition...

Vous trouverez le rapport version COURTE ou LONGUE sur le site du RENAU.

Amitiés,
Loïc Belle - CHANGE Annecy

Pour visualiser le poster, cliquer ICI.



 

07/07/2017 - Mise à jour de la procédure Embolie Pulmonaire

Deux modifications ont été apportées à la procédure sur la prise en charge de l'embolie pulmonaire (EP)
 

- Concernant la stratification du risque des patients porteurs d'une EP : Alors qu'on proposait de ne pas doser les biomarqueurs chez les patients ayant un score PESI simplifié à 0, l'étude HoPE (Home treatment of Pulmonary Embolism, Guillaume POUZET, Chambéry) a montré que chez 30% de ces patients, on retrouvait une élévation des BNP, troponines, ou du rapport VD/VG. Ces patients doivent être reclassés en risque intermédiaire bas et hospitalisés. On propose donc de doser les biomarqueurs (troponine et BNP) et de rechercher une dysfonction VD (rapport VD/VG sur le TDM) chez tous les patients chez qui une EP est diagnostiquée.
 

- Par ailleurs, afin d'encadrer davantage la prise en charge ambulatoire de l'embolie pulmonaire, nous avons repris les critères de sélection des patients utilisés dans les études ayant démontré la sécurité de la prise en charge ambulatoire.
 

On rappelle enfin l'importance de la consultation de médecine vasculaire dans les 48h suivant le diagnostic, afin de renforcer l'éducation thérapeutique et instaurer le suivi de ces patients qui sortent précocement.
 

Ces ajustements devraient permettre de promouvoir, en toute sécurité, une prise en charge ambulatoire des patients à bas risque.

Pour télécharger la nouvelle version : https://www.renau.org/docs/procedures/77_2017_Embolie%20pulmonaire.pdf

Elophe DUBIE, Chambéry

 



 

22/06/2017 - Prise en charge de la douleur par l'IOA aux urgences

La douleur constitue un motif de recours aux urgences très fréquent puisque  76 % des patients pris en charge  présentent une douleur à leur arrivée. A partir d'un  travail mené au CHU de Grenoble,  la commission paramédicale du RENAU a rédigé en 2016 sa première procédure sur la prise en charge de la douleur par l’IAO  chez le  patient de plus de 18 ans. Cette procédure abandonne l'utilisation des paliers II dans les douleurs modérées du fait d’un métabolisme hépatique soumis à une grande variabilité génétique et qui permet à  l'IDE d' administrer de façon autonome et sous la responsabilité  d'un médecin,  des paliers 3 dans les douleurs modérées à sévères. Cette procédure a été mise en place aux urgences de Chambéry en octobre 2016 après une formation individuelle de  chaque infirmière (évaluation douleur, traçabilité...) et installation de coffre à stupéfiants à l’accueil des urgences.  En janvier  2017, un audit de type avant/après a évalué la mise en œuvre de cette procédure : 105 dossiers avant et 101 après ont été analysés dont 1/3 de douleurs faibles, 1/3 de douleurs modérées et 1/3 de douleur sévère.

Les résultats montrent une bonne traçabilité de la douleur avec 88 % avant mise en place de la procédure, et 89 % après. On retrouve  une augmentation significative du taux global de prescription d’antalgiques à l’accueil  passant de 28 % à 44 %. Ces résultats ne sont pas significatifs en sous-groupe. On note une réduction des délais de prise en charge de la douleur avec un délai médian global passant de 43 min à 23 min (non statistiquement significatif), et de 28 min à 14 minutes dans le sous-groupe « douleurs sévères » (non statistiquement significatif). Aucun évènement indésirable grave lié à la prescription d’Oxycodone en phase après, n’a été  constaté. La conformité du traitement antalgique par rapport au protocole montre qu’il est conforme dans 17 % des cas pour les douleurs faibles, 14 % pour les douleurs modérées  et 41 % pour les douleurs sévères (chiffres non significatifs car échantillons faibles : sous groupes de 30).

Ces résultats dégagent une tendance  à l’amélioration de  la prise en charge de la douleur par l’IOA depuis la mise en place de la nouvelle procédure,  que ce soit en termes de délais ou  de taux de prescriptions d’antalgiques. On note toutefois une conformité au protocole faible : nous devons poursuivre nos efforts sur l'accompagnement des soignants et  leur formation.

Le ressenti de cette mise en place a été accueilli très favorablement dans notre service aussi bien par les soignants, médecins que par les patients. 

Cet audit a été réalisé sur un faible échantillonnage, sélectionné arbitrairement afin d’obtenir une proportion identique de patients avec une douleur faible, modérée ou sévère. Ces résultats positifs nécessitent donc d’être confirmés par une étude de plus grande ampleur que nous réalisons actuellement comparant la prise en charge des douleurs modérées à sévères avant et après la mise en place de la nouvelle procédure.   

Nous vous tiendrons informés des résultats de cette étude.

Dr Stéphanie FEY DOSDA, Dr Coline MUSCAT FRANCOU



 

03/05/2017 - Synthèse journée de pédiatrie du 11 avril 2017

Pour la troisième année consécutive, la journée annuelle du BabyRENAU s’est déroulée le 11 avril 2017 au Palais des Congrès de Chambéry.

Un large public était à nouveau au rendez-vous avec un peu plus de 280 personnes présentes.

Les thèmes abordés étaient multiples, centrés le matin sur la prise en charge de la douleur et la brûlure, l’après-midi sur les maltraitances.

L’évaluation par l’IOA, et les possibilités de prescriptions anticipées, de moyens médicamenteux et non médicamenteux ont été détaillées. La présentation sur la communication thérapeutique et l’hypno-analgésie du Dr Mampe Armstrong (BabyRENAU - CH Métropole Savoie) a été particulièrement saluée.

Le Dr Bertin-Maghit et une infirmière de son équipe, Valérie Hochet, du centre de traitement des brulés I5 (Lyon, HEH) sont venus nous rappeler les grands principes de la prise en charge de la brûlure, tordre le cou à quelques idées reçues et répondre aux nombreuses questions.

Enfin l’après-midi fut consacré au Dr Michard Lenoir et à un sujet difficile mais nécessaire : les maltraitances, sous l’angle du médecin urgentiste, du radiologue et du médecin légiste.

La place respective donnée aux médecins et aux infirmiers, le caractère pratique des présentations, et les nombreux cas cliniques ont probablement contribué au succès de cette journée.

Les absents pourront récupérer les différentes présentations sur le site du RENAU (onglet BabyRENAU, compte rendu).

Une procédure de prise en charge de la douleur de l’enfant sera par ailleurs prochainement en ligne.

Enfin une application permettant d’anticiper les posologies, les tailles de sondes et les différents paramètres en cas de détresse vitale, en fonction du poids ou de l’âge de l’enfant est cours de finalisation. Nous la souhaitons à votre disposition dans le courant du deuxième semestre 2017.

La vie de ce bureau ne s’arrête donc pas à cette journée annuelle et nous espérons vous voir encore nombreux l’année prochaine.  

Dr Gilles Desormais - Nathalie Laversa – Urgences/SMUR - CHANGE Annecy



 

01/03/2017 - AVC de l'enfant

La journée de la filière RENAU-AVC a eu lieu le 02 février dernier.

Le Dr Maryline Carneiro, neuropédiatre à l’HFME et référente régionale au sein du Centre National de Référence des AVC de l’enfant est venue nous parler de cette pathologie trop souvent méconnue.

Voici une synthèse de sa présentation.

L’AVC de l’enfant : Pensez-y !!!

L’AVC de l’enfant est une pathologie rare mais trop souvent méconnue. Sur l’ensemble de la France 1000 cas / an soit 0.5 à 1 % de l’ensemble des AVC. En région Auvergne Rhône-Alpes : 50 à 60 cas / an. Des séquelles persistent dans 70 % des cas, soit 10 % de l’ensemble des AVC.

Les étiologies des AVCi de l’enfant (non périnataux) diffèrent de celles des AVCi de l’adulte. Dans 20 % des cas la cause est une cardiopathie emboligène et/ou troubles du rythme (cardiopathies cyanogènes). Dans l’immense majorité (80 % des cas) la cause est une artériopathie cérébrale (vasculopathie mécaniques des dissections artérielles, Moya Moya, angéites infectieuses, élastopathies, artérite cérébrale, drépanocytose, hémopathie). Le diagnostic le plus couramment retrouvé est une artériopathie cérébrale transitoire post-infectieuse (varicelle dans l’année précédant les symptômes très fréquente).

Dans 90 % des cas le déficit moteur est hémi corporel avec une association ou non à un trouble du langage. Ce déficit peut régresser en quelques minutes puis récidiver dans les heures ou jours qui suivent : cette chronologie est très évocatrice d’artériopathie cérébrale.

Un déficit focal postcritique durable, notamment après une crise courte chez un enfant non épileptique doit aussi faire évoquer l’AVC.

Une céphalée hyper aiguë et très intense et une altération de la vigilance ± associées aux signes précédents doivent faire évoquer un AVC hémorragique.

La survenue de ces signes typiques doit conduire à la réalisation d’une imagerie sans délai. Le type d’imagerie sera à adapter en fonction de l’âge de l’enfant et de sa présentation clinique en gardant en tête le rapport bénéfice-risque d’une éventuelle stratégie de recanalisation.

Les recommandations actuelles concernant les stratégies de recanalisation en urgence, préconisent une prise en charge au cas par cas et en concertation pluridisciplinaire en temps réel.

Il faut utiliser les thérapeutiques « classiques » de type TIV ou NRI pour les enfants, et a fortiori les adolescents, qui ont les critères d’éligibilité de l’adulte, d’autant plus qu’ils présentent l’un des signes suivants : occlusion d’un gros tronc artériel intracrânien, thrombophilie majeure, embolie cardiaque, transcardiaque ou artério-artérielle sur dissection cervicale, occlusion du tronc basilaire avec signes cliniques ou radiologiques de gravité.

Au sein de notre réseau les stratégies à développer sont les mêmes que pour les patients adultes : appel immédiat au neurovasculaire et orientation sur le centre adéquat (UNV de proximité ou CHU) en fonction de la triple composante : localisation du patient, timing du déficit, symptomatologie.

Pour conclure : devant tout déficit moteur hémi corporel brutal +/- troubles du langage = PENSER AVC !!!!.... même si le patient est un enfant…

Dr Cécile Vallot, centre hospitalier Annecy Genevois



 

06/01/2017 - Usage de la VNI en pré-hospitalier

L'objectif de cette étude rétrospective était de décrire l’usage de la VNI en pré-hospitalier en 2015 dans les SMUR d’Annecy Grenoble et Chambéry. Après analyse de 14607 interventions, 171 (1,2 %) patients adultes traités par VNI ont été identifiés. La technique utilisée était majoritairement la VS-AI (76 % des interventions), avec une PEP moyenne à 6 cm H20 et une FiO2 moyenne de 60 %. Le devenir hospitalier de 84 patients a pu être analysé. Un OAP cardiogénique avait été évoqué en pré-hospitalier chez 49 d’entre eux : ce diagnostic a été confirmé lors de l’hospitalisation chez 90 % de ces patients. Une cause respiratoire a été évoquée chez 23 patients : 43 % avaient une décompensation de BPCO, 43 % une pneumopathie infectieuse et les autres des atteintes divers (SDRA, OAP cardiogénique). L’intrication de pathologies cardiaque et respiratoire était évoquée en 9 (9,5 %) patients et une cause non cardiorespiratoire était évoquée chez les 4 autres (neurologie, traumatisme).

En tenant compte des diagnostics retenus à l’issue de l’hospitalisation, il apparaît que 63 (75 %) patients avaient une pathologie pour laquelle la VNI est recommandée (45 OAP cardiogénique et 18 exacerbations de BPCO). La VNI a été poursuivie à l’hôpital pour 68 % de ces patients, 5 % ont été intubés. 33 % d’entre eux sont décédés. Les 21 (25 %) autres patients avaient une pathologie, diagnostiquée à l’hôpital, qui étaient des non-indications de VNI : pneumopathies infectieuses (17), SDRA d’origine extra-thoracique (2), pneumothorax (1), coma toxique (1). La VNI a été poursuivie chez 52 % de ces patients, 33 % ont reçu une oxygénothérapie à haut débit (Optiflow ou équivalent) et 52 % ont été intubés. Le décès est survenu chez 48 % de ces patients.

Ce travail montre que la VNI est une technique rarement employée en pré-hospitalier et souligne les difficultés diagnostiques présentées par les patients en insuffisance respiratoire.

Julie Pinczon et Vincent Peigne



 

17/11/2016 - Journée de la filière RESURCOR

Rendez-vous le 15 décembre à Grenoble pour cet évènement. Des mises au point toujours appréciées sur la littérature en cardiologie d’urgence sont prévues.

Les registres régionaux seront disséqués et les dernières mises à jour des recommandations régionales présentées. Des traces d’ECG seront discutées avec P. Taboulet. Une session de rythmologie sera l’occasion d’une mise au point un peu plus précise sur la rythmologie d’urgence avec encore des traces de trouble du rythme.

Les innovations seront exposées : live vest, défibrillateurs sous-cutané, cœurs artificiels. Des expériences de terrains seront rapportées.

Le programme détaillé est sur le site du RENAU.

A bientôt,

Loïc Belle



 

18/10/2016 - Journée de formation don d'organes

DDAC, Maastricht 3, abord anticipé, techniques de préservation, abord des proches…

Mais de quoi parle-t-on ? L’activité autour du don et du prélèvement d’organes et de tissus a beaucoup évolué ces dernières années, s’enrichissant de nouvelles approches, de nouvelles techniques, s’adaptant à de nouveaux protocoles ou de nouvelles lois.

C’est souvent dans le véhicule du SMUR ou aux urgences que débutent ces prises en charge, à l’origine d’un grand travail d’équipe. Elles permettent que ces moments difficiles de réanimation et d’accompagnement d’une fin de vie inattendue aboutissent à un geste de don généreux et utile.

Lorsque les équipes de coordination vous rencontrent, les questions suscitées par la thématique du don d’organes sont nombreuses, les discussions qui en découlent sont riches. Il vous est parfois difficile de connaitre et de comprendre le devenir de vos patients.

MERCI au RENAU d’accueillir le Don d’Organes pour cette journée de formation du 29 novembre prochain. Nous vous attendons nombreux, et espérons qu’elle saura répondre à vos attentes et à vos interrogations.

Pour le Réseau Alpin du Don d’Organes et de Tissus,

Anna FAUCHER,  Centre Hospitalier Annecy Genevois



 

05/09/2016 - Le RENAIR : REseau Nord Alpin de l’Insuffisance Respiratoire

Depuis sa mise en place en 2001, le RENAU s'est imposé dans le paysage de l'urgence régionale mais aussi nationale comme modèle de structuration des filières de soins et d'organisation pragmatique en médecine d'urgence.

Plusieurs filières se sont progressivement imposées autour de la cardiologie, de la traumatologie, de la neurologie, de la gériatrie, de la pédiatrie et de la biologie. Il manquait une filière de l’urgence respiratoire. C’est chose faite, le RENAU aura sa filière de l’insuffisance respiratoire dès la rentrée 2016. Le RENAIR (REseau Nord Alpin de l’Insuffisance Respiratoire) est né !

Cette année 2016 sera l’occasion de la structuration de la prise en charge de l’insuffisance respiratoire aiguë compliquant une maladie respiratoire chronique. En effet, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) caractérisée par un trouble ventilatoire persistant est actuellement la 4ème cause de décès au monde. Les perspectives épidémiologiques font état d’une augmentation de l’incidence et de la prévalence de cette pathologie d’ici 2030. L’évolution de cette pathologie chronique est marquée par une diminution progressive de l’autonomie respiratoire ponctuée d’épisodes aigus d’exacerbation. Ces exacerbations concernent la quasi-totalité des patients et sont un facteur d’altération de la fonction respiratoire et de la qualité de vie. Si la morbi-mortalité hospitalière est en diminution, la morbidité secondaire induite par une exacerbation est élevée.

Parce que vous rencontrez tous au quotidien ces patients, parce que nous sommes convaincus que nous pouvons fluidifier leur prise en charge à toutes les étapes, nous vous proposerons rapidement une structuration pragmatique de cette filière.

Le défi sera d’optimiser la prise en charge depuis le pré-hospitalier jusqu’au suivi post-exacerbation.

Je vous propose que nous relevions ensemble ce nouveau défi au service du patient.

Nicolas Terzi pour le RENAIR.



 

13/07/2016 - Journée du RENAU 2016

Chers amis,

La journée du RENAU, rendez-vous incontournable de la médecine d'urgences dans notre région, a reuni le 17 juin  259 participants, médecins et soignants, pour faire le point de notre réseau.

La commission para-médicale a été à l'honneur. Il existe autour de cette commission, une dynamique incroyable, avec une implication remarquable des soignants et des médecins. Une première procédure a été presentée par cette commission : gestion rapide de la douleur par l'IOA, à l'accueil des patients au SAU. Cette dernière est encouragée à administrer de la morphine par voie orale, sans prescrition nominative, dans le cadre d'un protocole bien défini. (Pour consulter la procédure version longue, cliquer ICI, et pour la version courte, cliquer ICI ou retrouvez-les dans la rubrique "Publications" - "Procédures").

Une EPP sur l'OAP a abouti à la constatation d'un défaut d'utilisation des nitrés lorsque la TA est élevée, de VNI lorsque le patient est hypoxique, et d'échographie initiale. Les doses initiales de diurétiques IV sont souvent trop importantes. En 2017, nous allons pouvoir évaluer l'évolution de nos pratiques entre 2013 et 2016.

Le RenAIR fait son entrée dans le RENAU. Une nouvelle filière de l'insuffisance respiratoire aigue.

F.-X. Ageron a fait un point du registre du TRENAU. La fréquence et la gravité des atteintes vertebro-médulaires et cérébrales nous amènent à reconcidérer l'apport de la neuro-réanimation pour les grades A et B.

Marc Blancher nous a fait le plaisir de la présentation préliminaire de l'étude randomisée ALGOFINE qui semble montrer l'interêt de l'administration intra-nasale de Sufentanil en comparaison à la morphine intra veineuse. Il s'agit d'un bel exemple d'étude randomisée que l'on peut effectuer sur le RENAU.


Vous retrouverez toutes les présentations sur le site du RENAU.

Rendez-vous en fin d'année pour les journées des filières.

Amitiés,

Loic Belle



 

Livret du médicament par la commission paramédicale

La commission paramédicale du ReNAU souhaite élaborer le livret du médicament du ReNAU. Ce travail a pour objectif d'homogénéiser les modes de préparation des principales drogues d'urgences dans le ReNAU afin d'éviter les dysfonctionnements lors de transmissions de patients entre différents services ou établissements. Il reprendra le modèle du livret d'analgésie sédation du ReNAU, s'appuiera sur les procédures existantes de notre réseau et sera  complété d'un tableau global de dilution, préparation et précaution d'emploi des médicaments.

Ce travail d'envergure sera mené par les soignants, membres de la commission paramédicale et nécessitera une étroite collaboration entre médecins urgentistes, spécialistes et pharmaciens de nos centres.

L'héparine sera "notre premier cheval de bataille", exemple typique d'un médicament courant, préparé selon différentes modalités et source
d'erreur de surdosage lors des transferts des patients.

Nous comptons sur votre aide précieuse pour mener à bien ce  projet ambitieux.


Dr Stéphanie FEY DOSDA pour la commission paramédicale du ReNAU.



 

TROPONINES HYPERSENSIBLES : Peut-on appliquer l'algorithme H0 - H1 proposé par l'ESC ?

Le BioRENAU a travaillé sur l’algorithme proposé par l’ESC en 2015 sur l’interprétation des résultats de dosages hypersensibles de troponines dans le cadre d'une suspicion de NSTEMI. La nouveauté de ces recommandations est la possibilité d’exclure plus précocement le NSTEMI, avec un seul dosage à l’admission ou avec deux dosages à une heure d’intervalle.

Cependant, bien que les performances analytiques des dosages hypersensibles de troponines aient été validées par plusieurs essais cliniques, le BioRENAU a conclu que l’algorithme décisionnel proposé n’était pas applicable. En effet, cet algorithme n’est pas compatible avec l’imprécision des dosages. De plus, cette imprécision est particulièrement variable et sera différente pour chaque centre du RENAU.

Pour plus d’information, veuillez-vous référer à la lettre d’information du BioRENAU (Cliquer ICI).

Le BioRENAU



 

Poster résultats OAP 2013
Chers amis,
Une Évaluation des Pratiques Professionnelles est en cours sur le RENAU concernant la prise en charge initiale des OAP.
Une première évaluation sur 2013 a permis de mettre en évidence des marges d’amélioration.
Voici un poster résumant les premiers résultats, il sera affiché bientôt dans votre établissement.
Un rapport plus détaillé vous sera envoyé très vite.
Une deuxième évaluation est en cours sur 2016.
Nous restons à votre disposition pour toute suggestion ou conseil.
Amitiés
Loïc Belle
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour visualiser le poster, cliquer ICI.


 

Création d'une banque de sujets pour les thèses, mémoires ou travaux de recherches avec aide méthodologique

Depuis sa mise en place en 2008 la commission scientifique propose les programmes des manifestations scientifiques du RENAU et valide les protocoles et procédures de prise en charge diffusés. La commission assure également l’aide méthodologique et la validation des projets de recherche souhaitant exploiter les bases de données des registres du RENAU. Pour développer son activité d’aide à la recherche clinique médicale et paramédicale, la commission propose d’apporter son aide aux internes, jeunes médecins ou directeurs de thèse souhaitant la solliciter. Avec pour objectif que chaque thèse, mémoires ou travaux de recherche exploitant les données du RENAU puisse donner lieu à une publication scientifique, il nous semble important qu’une aide méthodologique puisse être apportée au plus tôt dans la conception de chaque projet.

Le site du RENAU va s’enrichir d’une page proposant des sujets de recherche destinés aux internes, jeunes médecins ou paramédicaux à la recherche d’un sujet. La commission incite également les médecins souhaitant encadrer un travail à la solliciter au plus tôt dans la conception du projet. La qualité des bases de données qui est assurée grâce à l’implication de l’ensemble des professionnels du réseau permet de développer des projets de recherche de qualité publiés dans des revues scientifiques de haut niveau. Nous espérons que l’aide apportée permettra de développer et d’élargir la production scientifique de réseau.

N’hésitez donc pas à contacter la commission scientifique si vous avez une idée et souhaitez encadrer un travail, si vous recherchez un sujet de mémoire ou thèse, ou si vous souhaitez juste une aide ou une validation de votre projet pour exploiter une des bases du RENAU. Contact : Audrey MARIN-LAMELLET : amarinlamellet@ch-annecygenevois.fr

 

Guillaume Debaty

Président de la commission scientifique



 

RESURCOR et STEMI-QUAL : information aux patients
Chers confrères, chers amis,
 
Depuis 2002, les patients avec une suspicion d’infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST et pris en charge dans le cadre du Réseau Nord Alpin des Urgences (RENAU) sont inclus dans un registre prospectif d'évaluation des pratiques professionnelles ("RESURCOR"). Nous remercions tous les collègues qui participent à la saisie des "triptyques" (cahiers d'observation) de ce registre. Les formulaires d'information destinés aux patients sont inclus dans les triptyques. Nous devons nous assurer, à la saisie, de la non-opposition orale du patient à l'inclusion dans le registre.
 
Ce registre contient volontairement un nombre de variable très limité pour favoriser l'exhaustivité des inclusions. Son objectif principal est d'évaluer nos stratégies et délais de reperfusion, ainsi que les trajectoires des patients.
 
Le RENAU a obtenu un financement de la DGOS pour compléter rétrospectivement les informations saisies dans le cadre du registre RESURCOR. Cette étude observationnelle, appelée STEMI-QUAL, a été autorisée par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) et approuvée par le CPP Lyon Est. Son objectif est d’intégrer les caractéristiques cliniques, les procédures de prise en charge et les événements indésirables dans les analyses. Ces travaux sont susceptibles d’aboutir à des publications scientifiques de plus grande qualité. La saisie sera faite à partir des dossiers médicaux par des techniciennes ou infirmières d’étude clinique du RENAU. Ce projet nécessite une information collective des patients. Pour ceci, nous vous proposons cette affiche pour les tableaux d'affichage destinés aux patients dans vos services. Vous la recevrez très prochainement sous forme d'un poster plastifié. Nous vous remercions pour votre participation à ce projet.
 
Respectueusement,
Loïc Belle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour visualiser le texte, cliquez ICI
 


 

 
 
Les arrêts cardiaques, le surf et les recommandations

Les recommandations 2015 concernant la réanimation de l’arrêt cardiaque sont parues récemment en octobre dernier. La réanimation des AC représente un challenge pour notre système de soins, et aussi un défi pour nos organismes de formation. Le RENAU observe les pratiques et la survie des AC depuis plus de 10 ans. Pendant cette période, nous avons observé de façon statistiquement significative une augmentation de 70% de la survie[1]. Toutefois, cette augmentation n’est pas linéaire et nous observons des périodes d’augmentation et de diminution survenant tous les 5 ans. Si nous mettons en parallèle la courbe de survie et la survenue des recommandations, nous faisons l’hypothèse d’un possible lien entre les deux. Les campagnes de formations des secouristes professionnels sont mises en place à la suite des recommandations et prennent en pratique un à deux ans pour être réalisées. Pendant cette période, la survie augmente. En général, les acquis des formations perdurent pendant un à deux ans puis s’estompent progressivement. Pendant cette période, la survie se stabilise puis diminue. Les déterminants de la survie des morts subites sont trop complexes et multiple pour établir un quelconque lien de causalité ou d’association entre ces éléments. Toutefois, l’organisation de formations intermédiaires entre deux recommandations devrait être envisagée. A suivre…

 

[1] Ageron F-X, Debaty G. Survival is surfing on the guidelines wave. Resuscitation 2016;98:e2–3. doi:10.1016/j.resuscitation.2015.10.014.



 

La commission paramédicale est le dernier nouveau-né du RENAU !

La commission paramédicale réunit des cadres de santé, Infirmiers sapeur-pompiers, infirmiers, aide soignants, puéricultrices et médecins du réseau. Elle se réunit environ tous les deux mois et permet avant tout d'échanger sur les différentes pratiques soignantes du réseau, aussi bien au niveau du matériel qu'aux niveaux des techniques de soins. La commission paramédicale se donne pour objectifs de partager des pratiques professionnelles, faciliter la mise en œuvre des procédures validées par le RENAU, élaborer des procédures soignantes communes dans le but d'améliorer la prise en charge de nos patients.

Dans un premier temps, nous souhaitons  mettre en place "des entrainements quotidiens en équipe SMUR". Les exercices sont proposés et rédigés par la commission paramédicale du RENAU puis validés par la commission scientifique. La commission met à disposition la fiche directrice de l'exercice rappelant les objectifs de l'exercice ainsi que les références bibliographiques ou les procédures RENAU à connaître. Vous n'avez plus qu'à tenter l'expérience alors n'hésitez pas ! Entrainez-vous en équipe!

Les documents relatifs au premier exercice proposé par la commission paramédicale, sur l’intoxication au CO, sont disponibles sur le site internet du RENAU (onglet publications : les procédures ; les documents commencent par « CPexo1 »).

La commission souhaite également travailler sur une procédure de prise en charge de la douleur par l'IOA. Les idées et le dynamisme ne manquent pas. Vous pouvez nous rejoindre dans cette nouvelle aventure ! Pour tout renseignement vous pouvez contacter Cristine Rubio (crubio@ch-annecygenevois.fr) ou Claire Morvan (cmorvan@ch-annecygenevois.fr).

La commission paramédicale du RENAU.



 

Le traitement de l’AVC à la phase aigüe : un challenge organisationnel

Depuis 1 an déjà, et la parution des grandes études internationales (MrCLEAN, EXTEND-IA, ESCAPE…), les techniques endovasculaires de recanalisation artérielle sont validées dans le traitement des AVC ischémiques à la phase aigues.

 

Elles étoffent ainsi l’arsenal thérapeutique proposé à nos patients :

  • Recanalisation des patients contre-indiqués à la thrombolyse IV (anticoagulant en zone thérapeutique, ATCD récents hémorragiques).
  • Augmentation de la fenêtre thérapeutique à 6h (contre 4h30 pour la thrombolyse IV).
  • Recanalisation des occlusions des gros troncs pour lesquelles le traitement IV était d’une efficacité moindre en association avec une thrombolyse IV dite technique de « bridging ».

 

Cette avancée thérapeutique nous oblige à réfléchir à la ré-organisation de nos filières. Le geste de thrombectomie nécessite un plateau de Neuroradiologie Interventionnelle (NRI). En France pour 135 Unités Neurovasculaires, seuls 38 centres sont autorisés à pratiquer ce geste. Le territoire du RENAU respecte bien ces chiffres : pour 4 UNV (Grenoble, Chambéry, Annecy, Annemasse depuis 2015), 1 seul centre réalise ces procédures : Grenoble (pour la Haute-Savoie le plateau de NRI de recours reste celui de Genève).

 

Une étude récente réalisée sur le CHU de Grenoble, en collaboration avec tous les acteurs de la filière RENAU-AVC a estimé les besoins de la population de l’arc alpin en geste de thrombectomie pour l’année 2014.

Sur les 435 AVC ischémiques hospitalisés dans les 3 UNV du réseau, 30% étaient dus à une occlusion intracrânienne de gros troncs. 84 patients soit presque 20% de cette population aurait pu bénéficier d’un geste de recanalisation (contre 10 procédures réalisés). La demande médicale est donc avérée.

 

Notre challenge à venir réside donc dans la bonne orientation du patient dès l’appel au centre 15 : « Le bon patient dans le bon plateau technique ».

Un travail à venir s’intéressera tout particulièrement à cette problématique avec comme ambitieux projet de faire émerger des critères de régulation pour orienter au mieux les patients (tous les patients victimes d’AVCi ne pouvant être prise en charge en 1ere intention sur le CHU de Grenoble).

 

L’année 2016 s’annonce donc studieuse et pleine de défi ! A nous (urgentistes, soignants, médecins neurovasculaires, radiologues interventionnels…) de les relever, en travaillant jour après jour à la consolidation de cette filière urgence-AVC : le devenir et la santé de nos patients en dépendent.

 

Dr Cécile Vallot pour le bureau RENAU-AVC 

 

Pour visualiser le poster, cliquez ICI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

SA Presse

La commission scientifique du RENAU propose d’envoyer aux membres du RENAU des « news » rapides à partir des papiers importants publiés dans le domaine de l’urgence. 2  SA PRESSE ont été envoyés. Les autres suivent.
Si vous décelez un article intéressant et si vous souhaitez en faire profiter à l’ensemble du RENAU, n’hésitez pas à proposer un SA PRESSE.
Contactez Claire, FX, Cécile ou Moi.

Enfin, très bonne année 2016 à toutes et à tous !

A bientôt

Loic BELLE



 

Journée du RESURCOR

Chers amis du RESURCOR,

Le 17 décembre : JOURNEE DU RESURCOR au centre des congrès d’AIX LES BAINS. Un programme complet et dense vous est proposé :

  • Une session « coronaires » avec une revue des nouvelles données de la littérature présentée par G. Vanzetto. Une exploitation « à la loupe » des données du registre du RESURCOR sera proposée. Les MAJ des procédures seront expliquées.
  • Une session RENAU – OAP : Les résultats du registre du RENAU OAP seront présentés par G. Courtiol. La ventilation non invasive sera de nouveau à l’honneur.
  • Une session EP : La procédure du diagnostic de l’EP sera présentée. Bobby Gouin nous fera une présentation en québécois de la PEC ambulatoire des EP au Quebec. Un exemple à suivre ?
  • Une session AC avec un bilan de l’activité d’ECMO. G. Debaty et P.Y. Gueugniaud nous  feront un résumé des points importants pour la pratique des nouvelles recos de l’ERC 2015.  Enfin les projets de recherches cliniques en cours sur le RENAU seront présentés.

VENEZ NOMBREUX.

Loic BELLE



 

De l’évaluation des pratiques à la recherche clinique…


Notre réseau possède des bases de données considérables. Grace aux efforts de tous, de FX, Guillaume, Mathieu, Cécile/Claire et des TEC, ces bases sont accessibles pour tous les projets de recherche clinique. Compte tenu de notre diversité, des nombreuses sollicitations et pour garantir la qualité et la reproductibilité des données publiées, nous devons nous soumettre à une certaine rigueur. Tout le monde comprendra que les bases ne peuvent être diffusées. La cellule de coordination du RENAU sera toujours disponible pour effectuer toutes les analyses souhaitées. Pour canaliser toutes les énergies nous proposons que tous les projets soient validés par la commission scientifique. Cette commission a aussi pour but de solliciter les praticiens pour prendre en charge la rédaction d’articles scientifiques et proposer des sujets d’étude à ceux qui le souhaitent.

Le réseau a besoin de votre énergie pour publier ses résultats. Ceux qui écrivent les papiers doivent se souvenir de l’ensemble des collègues qui participent aux différents recueils dans la liste trop courte des auteurs.

A bientôt

Loïc BELLE



 

 

Le point de la rentrée !

A VOS AGENDAS !

Merci de bien noter les dates suivantes :

  •  Journée des filières TRENAU : le 17/11/2015, au Centre des Congrès le Manège à Chambéry.
  •  Journée des filières RESURCOR : le 17/12/2015, au Centre des Congrès d’Aix les Bains.
  •  Journée des filières BABY-RENAU : le 26/04/2016, au Centre des Congrès le Manège à Chambéry.
  •  Journée des filières AVC-GERIATRIE : le 19/01/2016, hôtel Adelphia à Aix-les-Bains.
  •  Journée du RENAU 2016 : le 17/06/2016, au Centre des Congrès le Manège à Chambéry.

 

COMPOSITION DE LA NOUVELLE COMMISSION SCIENTIFIQUE DU RENAU
 

Membres :                                                                                                Suppléants :

  1.  BARBIER Catherine (Pédiatre – CHU Grenoble)
  2.  BARE Stéphane (Urgences-SMUR – CH St Jean de Maurienne)
  3.  DEBATY Guillaume (SAMU-SMUR – CHU Grenoble)
  4.  DEVAUX Cédric (MCS)                                                               - BARTHES Manuella (MCS)
  5.  DUBIE Elophe (SAMU-SMUR – CH Métropole Savoie)                     - TURK Julien (SAMU – CH Métropole Savoie)
  6.  ENGELS Jean-Christophe (SDIS 74)                                             - GAILLARD Arnaud (SDIS 74)
  7.  ESTIENNE Laurence (Urgences-SMUR – CH Alpes Léman)
  8.  FEY DOSDA Stéphanie (Urgences-SMUR – CH Chambéry)
     Egalement membre de la Commission Paramédicale
  9.  GAIDE-CHEVRONNAY Lucie (Réanimation – CHU Grenoble)          - BOUZAT Pierre (Réa. – CHU Grenoble)
  10.  GHENO Gaël (SAMU-SMUR – CHANGE Annecy)                            - ROUPIOZ Thierry (SAMU – CHANGE Annecy)
     Egalement membre suppléant de la Commission Paramédicale
  11.  PEIGNE Vincent (Réanimation – CH Chambéry)
  12.  PERRIN BESSON Sophie (Urgences médicales – CHU Grenoble)
  13.  TERZI Nicolas (Réanimation – CHU Grenoble)
  14.  VENCHIARUTTI Damien (Urgences-SMUR – CH Albertville-Moutiers)
     


 

Journée du BabyRenau

La journée du BabyRenau du 27 avril 2015 à été un franc succès au regard du nombre de participants (nous étions un peu plus de 250). Elle l'était également à la lecture des questionnaires de retour. Le thème unique décliné sous plusieurs facettes, la diversité des intervenants, l'enchainement cas clinique - rappels théoriques ont été particulièrement appréciés.

Le reproche essentiel concerne le non respect du temps. L'année prochaine, nous serons impitoyables avec les intervenants trop gourmands !

Les différentes présentations de la journée sont disponibles dans l'onglet publications, puis compte-rendu, il ne vous reste qu'à cliquer sur la présentation qui vous intéresse.

De nouvelles procédures et des aides à la décision sont mises en lignes.
- Fiche de liaison réa-USCP
- Acidocétose diabétique
- Fiche réflexe de l'accueil au déchocage (CHU Grenoble)

Certaines, comme la mort inattendue du nourrisson ou les bronchiolites ont été actualisées.
L'aide à la prise en charge des détresses vitales de l'enfant a également été mise à jour ; les posologies et les dilutions proposées sont maintenant communes sur toute la région Rhône-Alpes. Une complément à l'application Smartphone est en cours d'élaboration, elle devrait permettre d'obtenir, à partir de l'âge ou du poids de l'enfant les valeurs des paramètres vitaux, les posologies des médicaments utilisés et les tailles des équipements nécessaires. Cette application a pour but de faciliter la prise en charge toujours stressante des enfants en détresse vitale.

Enfin, un travail en collaboration avec le comité régional des unités de soins continus de pédiatrie a permis d'établir la composition type d'un chariot pédiatrique, il sera diffusé prochainement. Un annuaire "pédiatrique" est également mis en ligne.

D'autres travaux arrivent, d'autres pistes se font à jour, il y a beaucoup à faire !

Faites-nous part de ce que vous attendez de nous, nous sommes là pour vous.

Bonne vacances,

L'équipe du BabyRenau




 

Le babyrenau, c'est quoi... ?


Ce sont des pédiatres et des urgentistes, des jeunes et des moins jeunes, des médecins de CHU et des médecins de coins reculés, des médecins qui se disent que chacun a à apprendre de l'autre, des médecins qui partent du même constat que la majorité des enfants vus dans le cadre de l'urgence dans la région, le sont par des urgentistes. Des urgentistes qui sentent parfois un peu seuls, et qui se disent qu'avec un bon réseau, des numéros de téléphone, des protocoles, des formations, ils se sentiraient un peu moins seuls...

Ce sont aussi des pédiatres qui ne demandent qu'à répondre aux questions de leurs collègues, qui comprennenet leurs difficultés, des pédiatres qui sont désireux de mettre des outils à leur disposition, et qui partagent l'idée qu'un réseau, ça permet de travailler plus facilement ensemble pour le bien du malade.

C'est dans cette idée que le Babyrenau travaille, et c'est dans cet esprit qu'il vous convie à assister à "la journée des filières : pédiatrie" du RENAU le 27 avril au Manège à Chambéry.
Le thème sera l'arrêt cardiaque de l'enfant, depuis la reconnaissance de l'enfant gravement malade, en passant par sa prise en charge, sa régulation..., jusqu'au débriefing des équipes et la place des parents.

Venez nombreux, nous vous attendons!!!

Dr Gilles DESORMAIS
SAMU-SMUR - CH Annecy




 

2015... 13 ans de RENAU, en permanente mutation


Chers amis Renauphiles,

2015... 13 ans de RENAU, en permanente mutation. La région Rhône-Alpes est la seule région dont le territoire est complètement couverte par 3 réseaux subrégionaux ou territoriaux. La tendance rationnelle de l'union aurait voulu fusionner ces réseaux en un seul. Les réseaux RENAU, RESUVAL et REULIAN s'entendent pour définir de nouveaux liens avec une instance (pour l'instant officieuse) réunissant les bureaux de ces réseaux afin de développer des passerelles entre eux avec le respect de chaque "territoire". En effet, la mission première des réseaux est de rester proche du terrain et la dimension territoriale parait le meilleur dénominateur.

2015 sera l'année de la maturation des projets nés en 2014.

Le RENAU OAP devra nous permettre d'améliorer nos pratiques : davantage de nitrés, de VNI, davantage d'écho et d'orientation en filière cardio de ces patients souvents âgés et compliqués. Les résultats annoncés mi 2014 d'une évaluation de nos pratiques sur plus de 1000 patients en 2013 nous aidera à mesurer les écarts entre la réalité et nos objectifs. Ils nous aideront, dans chaque centre, à mettre en place les mesures correctrices nécessaire. Une nouvelle enquête en 2016-2017 évaluera les résultats obtenus. Cette étude nous permettra aussi d'améliorer la jonction de la prise en charge entre la période hospitalière et post-hopitalière, souvent difficile chez ces patients fragiles : ne passons pas à côtés des choses simples, comme transmettre rapidement, à un interlocuteur identifié, le poids, la nature du rythme et la créatinine de nos patients fragiles et dont les doses d'IEC, beta-bloqueurs et diurétiques doivent encore être adaptés. Ces patients doivent bénéficier d'une prise en charge optimales car plus d'un tiers d'entre eux seront réhospitalisés pour les mêmes raisons.

En 2015, le RENAU gériatrie montera en puissance sur le dossier de la iatrogénie. Les supports pédagogiques sont mis en place. Les séances de relecture d'ordonance aux urgences, avec les pharmaciens et les gériatres sont des moments privilégiés, très instructifs, à l'image des séances de morbi-mortalité.

Le RENAU AVC affiche sa maturité en terme de thrombolyse et de prise en charge en UNV. O. Detante, de retour du Japon structure cette filière avec ses collègues neurologue vasculaire. Nous souhaitons la bienvenue à l'UNV du CHAL (Annemasse). La télé-thrombolyse tiendra-t-elle ses promesses ? Parviendra-t-on à utiliser cette télétransmission dans d'autre domaine ? A l'image de l'infarctus du myocarde, la désobstruction intra artérielle, développée par F. Tahon au CHU de Grenoble doit être envisagée dans la foulé de la thrombolyse en cas d'occlusion d'un "gros tronc" et une arrivée possible en mois de 5h00 dans le service de neurologie vasculaire du CHU de Grenoble.

Le TRENAU est envié de toute les régions Française. La structuration des centres en niveau de soin (comme les maternités), adoptée par les 3 réseaux devient commune à toute la région Rhône-Alpes.

Le RENAU pédiatrie et le bioRENAU montent en puissance avec un bureau structuré.

L'aventure continue. Nous devons publier nos résultats et nous sommes à la disposition de tous ceux qui accepterons de "s'y coller".

Bonne année à tous.

L'équipe de coordination
S. MACHADO, C. RICARD, F.-X. AGERON, L. BELLE



 

Bilan journée gériatrie


Succès pour cette journée filière Gériatrie : Les chutes des personnes âgées consultant aux urgences sont devenues le moyen le plus simple de repérage de la fragilité. C'est devenue une évidence, un réflexe CHUTE = FRAGILITE. En ciblant les actions sur cette population nous pouvons réduire la récidive et la perte d'autonomie. Cette collaboration exemplaire entre Urgentistes et Gériatres est une merveilleuse aventure dans laquelle les patients ont beaucoup à gagner. Merci à tous.

Il faut absolument poursuifre dans cette voie. La prochaine action est celle du combat contre la iatrogénie. 20 % des hospitalisations sont du à un accident iatrogénique dont une grande partie sont prévisible.

ATTENTION aux personnes âgées qui consomment des benzodiazépines à demi-vie longue ou qui ont deux psychotropes. Même choses si deux anti-hypertenseurs sont prescrits. Le RENAU met à disposition des outils afin de vous aider à analyser les ordonnances des personnes âgées et ceux dès leur arrivée aux urgences. Ils se présentent sous la formes de deux posters et vont aider à arrêter ou à suspendre des traitements qui sont responsables du passage aux urgences.

LE REFLEXE IATROGENIQUE : TOUT LE MONDE EST CONCERNE ; DES L'ARRIVEE AUX URGENCES ON PEUT AGIR ! Mesurer le poids et la créatininémie de chaque personne âgées aux urgences, c'est possible et c'est simple. Lorsqu'on recherche une hypotension orthostatique aux urgences, on en profite pour faire monter les patients sur une balance ! Et cela permet de prescrire des doses justes et adaptées à nos patients.

F.-X. Ageron
Médecin coordinateur adjoint



 

La tension aux urgences : pain quotidien des urgentistes


La "tension", équivalent français de l'anglicisme "stress", est le moteur et la récompense de tout urgentiste, l'eau de son bocal, son pain quotidien. La tension est un état qui provoque son corollaire : la résistance, et comme le revendiquent aujourd'hui certains services d'urgences : la résilience.

La tension qui exige de choisir entre deux comportements : fuir ou se battre.
En début de carrière cette tension est voulue, recherchée par un urgentiste, elle lui apporte le sentiment du "stress positif", cette sensation où tout se joue dans l'instant, grâce à un diagnostic judicieux, fulgurant, un geste immédiat salvateur, une victoire remportée dans le match contre la maladie ou la mort. La tension est porteuse. L'adrénaline qui donne un goût, un sens à la vie.

Fut un temps où cette tension était injectée par nos mentors, pour faire jaillir le meilleur de nous même, au milieu d'une "saine concurrence". "N'est pas urgentiste qui veut", seuls les meilleurs auront droit de cité. Et les luttes pour un statut, une carrière au sein des urgences, ne faisaient que renforcer cette tension qui trempait l'âme d'un urgentiste. Je veux croire que ces temsp ont changé. ... SUITE



 

Les réseaux de soins en France, encore un long chemin


La coopération entre praticiens est une évidence et constitue une des caractéristiques fondamentales du travail de médecin. Etrangement, la coopération inter-hospitalière reste peu formalisée sur l'ensemble du territoire français. En traumatologie grave, notemment, la mise en place de réseaux de soins reste anecdotique et limitée à la région Rhône-Alpes.

Depuis 2007, le TRENAU fédère les hôpitaux de trois départements engagés dans une démarche d'amélioration de la qualité des soins. Ce réseau est semble-t-il arrivé à maturité et les premiers travaux d'évaluation du réseau issus du registre TRENAU sont actuellement en pleine expansion. Il ne fait aucun doute que ces travaux constitueront une nouvelle étape pour l'amélioration du fonctionnement de notre réseau, permettant un retour concret sur nos pratiques médicales. L'adaptation de nos procédures régionales aux résultats des évaluations de notre réseau vont désormais être une étape essentielle pour l'évolution du TRENAU afin d'orienter de manière adéquate les patients vers les centres de traumatologie adaptés.

Les réseaux ne sont pas fixés, ils évoluent grâce à la participation de tous les centres à l'inclusion des patients dans les différents registres. Ainsi la mise en place de nouveaux registres contribue au renforcement des liens inter-hospitaliers tout en garantissant au patient une préoccupation constante des praticiens pour l'amélioration des soins.

Tous ces éléments positifs de notre réseau ont clairement identifié notre organisation comme un modèle auprès des différentes agences régionales de santé et il est important de souligner que cette réussite appartient à tous les acteurs du RENAU. Notre réseau constitue ainsi un modèle à suivre dans de nombreuses régions en France mais il reste encore beaucoup à faire pour l'établissement concret des fédérations inter-hospitalières sur notre territoire ; espérons que notre réussite fasse objet de motivation dans de nombreuses régions en France.

 

Dr Pierre Bouzat
Pôle Anesthésie-réa
CHU Grenoble
 



 

Journée du RENAU : bilan


L'heure de la rentré a sonné et avec elle le bilan de la journée du RENAU 2014. La nouvelle formule décidée par la commission scientifique, session plénière allégée et ateliers pratiques, a été un franc succès. Nous étions plus de 200 à participer à cette journée, et les retours ont été très positifs.

Nous tenions à vous remercier pour votre participation. Malgré la tenue des journées des filières, moments privilégiés pour approfondir les débats dans un domaine particulier, la journée du RENAU garde toute sa place, et plus encore. Elle est la synthèse de tous ses rendez-vous pour nous urgentistes. Elle est aussi un moment privilégié pour se rencontrer, partager nos joies et nos peines pour cette merveilleuse, mais difficile spécialité qu'est la médecine d'urgence.

Vous retrouverez les photos de la journée et les présentations sur notre site internet et sur la page Facebook. N'hésitez pas à nous faire des propositions d'atelier, ou de communications. Nous sommes à votre écoute. Cette journée est avant tout la vôtre!!

Un appel à communication sera fait par la commission scientifique en début d'année pour la journée du RENAU 2015. De plus la Version 3 de l'application pour smartphone est attendu pour la 2è quinzaine de septembre. Vous y retrouverez toutes les procédures mise à jour (utilisable off-line).

Merci à tous pour la réussite de ce rendez-vous annuel qui nous tient à coeur.

F.-X. Ageron
Médecin coordinateur adjoint



 

Bienvenue sur le nouveau site du RENAU !

 

Pourquoi un nouveau site ? Pour plus de lisibilité !

Pour favoriser l’accès à un public plus large et d’offrir aux utilisateurs un accès plus direct à l’information.

En effet, il n'y a plus d’obligation d’accéder au site par le biais d’un mot de passe pour découvrir le fonctionnement de notre réseau, ainsi que nos procédures régionales. Néanmoins l’inscription continue de permettre de recevoir la newsletter, ce qui peut être un gain de temps, et d’avoir accès à certaines rubriques non disponibles aux « non-membres ».

Le site propose deux barres de menu : une qui permet d’accéder à l’ensemble des données de façon générale et une autre pour un accès par filières de soins du RENAU.

Exemples de rubriques

  • « Le réseau » vous retrouverez :
  1. L’objectif, les missions et historique du RENAU.
  2. Un carte indiquant les établissements membres du RENAU, avec une fiche d’identité par établissement lorsque vous passez la souris dessus.
  3. L’organisation et les comités.
  4. Et la partie collaboration avec les Médecins Correspondants SAMU de notre région.
  • « Publications » vous retrouverez :
  1. Les comptes rendus de réunions : où vous pouvez entre autre,  télécharger ou visionner la journée du RENAU et les journées des filières.
  2. Les rapports d’évaluations de chaque registre.
  3. Nos procédures régionales, départementales et locales.
  4. Et enfin nos articles et communications
  • « Annuaire » vous retrouverez l’équivalent de l’annuaire papier du RENAU.
  • « RORU » pour permettre un lien direct au Répertoire Opérationnel des Ressources Rhône-Alpes.

 

Nous espérons que ce changement rendra l’utilisation de notre site plus agréable.

Surtout, n’hésitez pas à nous contacter pour tous types de remarques, votre avis nous intéresse !

Bon été à tous !

 

Suzanne MACHADO
Coordinatrice du RENAU



 

 
 
 Imprimer la pageRetour en haut de la page
  Informations Légales | ©CRIH des Alpes 2010